Carnet de mission : Projet Burkina Faso, Mission 2018

Cette mission doit servir de test pour la création de chantiers-écoles dans le cadre d’un
projet de coopération décentralisée. Des élèves de la filière archives de l’Ecole Nationale
d’Administration et de la Magistrature (ENAM) du Burkina Faso et des élèves du master gestion de l’archivage de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines participent à cette aventure.

 
 
 
 

Ouverture officielle du chantier-école

 
 

La mission connait un des temps forts de ces 15 jours au Burkina Faso : l’ouverture officielle du chantier-école prononcée par le gouverneur Antoine Atiou lors d’une cérémonie protocolaire.

Mercredi 12 septembre.

A 10h du matin, après deux nouveaux transferts d’archives, un temps protocolaire nous attend, celui de l’annonce de l’ouverture officielle du chantier-école prononcée par le gouverneur Antoine Atiou en présence de personnalités locales, représentantes de diverses administrations telles que :

  • la mairie,
  • le Conseil régional,
  • la Direction Régionale des Routes et Transport et
  • le Haut-commissariat.

Pour l’occasion, notre local de travail est transformé en salle protocolaire.

Marc Trille, notre chef de mission, prononce alors le premier discours. Il présente la mission, ses objectifs et ses perspectives.

La parole est ensuite donnée au gouverneur qui exprime son vif intérêt pour les archives. La presse locale, écrite et audio-visuelle, est présente pour couvrir cet évènement.

Nous reprenons ensuite le travail alternant entre transfert d’archives, dépoussiérage, premier tri chrono-thématique et classement.
Nous sommes répartis en trois groupes :

  • 1e groupe : Sihem, Sovannara, Adèle et Anatole sur les archives coloniales.
  • 2e groupe : Marc, les archivistes du gouvernorat et de la mairie sur les archives du Haut-commissariat (1960-2004). Le groupe s’attaque à un fonds important en vrac qui nécessite une analyse rapide, pièce à pièce.
  • 3e groupe : Jérôme, les étudiants de Koudougou et les volontaires sans formation en archivistique sur le classement chronologique et la cotation du journal officiel.

L’archiviste de la Direction régionale des transports, Hervé Sib et un nouveau volontaire du gouvernorat, Jean-Marc, viennent renforcer l’équipe. Avec ces nouveaux participants, nous atteignons désormais la vingtaine de stagiaires.

Le soir-même, un premier reportage est diffusé. Ce dernier a déclenché une prise de contact entre le président de l’université de Bobo (qui ne dispose pas de formation en archivage) et le gouverneur. Le lendemain, un article paraitra également dans la presse locale.

Le voyage est également fait de découvertes... Le hasard nous amène dans un maquis-pizzeria tenu par patron espagnol pour diner le soir. Savourer une pizza au beau milieu du Burkina Faso nous donne une étrange sensation. Nous apprenons à cette occasion qu’il n’est pas rare de trouver ce plat dans le pays.

Poster un message

0 | 10
 

ASF-France ?
 

La section française d’Archivistes sans frontières (ASF-France) est membre d’Archivistes sans frontières - International (ASF-International), créé en 1998 par des collègues catalans et qui dispose aujourd’hui de statuts internationaux.

Adhérer / Participer
 

ASF-France est une association sans but lucratif dont le fonctionnement et les activités dépendent de l’investissement personnel des membres, du soutien financier de partenaires et de subventions institutionnelles.

Faire appel à ASF ?
 

L’association Archivistes sans frontières-section France (ASF-France) intervient pour mener à bien des opérations ou activités qui répondent aux principes et valeurs énoncés dans ses statuts.

 

Archivistes sans frontières | ASF-France