Carnet de mission : Projet Burkina Faso, Mission 2018

Cette mission doit servir de test pour la création de chantiers-écoles dans le cadre d’un
projet de coopération décentralisée. Des élèves de la filière archives de l’Ecole Nationale
d’Administration et de la Magistrature (ENAM) du Burkina Faso et des élèves du master gestion de l’archivage de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines participent à cette aventure.

 
 
ENAM de Ouagadougou
 
 

Nos étudiants burkinabés (ENAM) : qui sont-ils ?

 
 

Deux élèves de la filière Archives de l’Ecole Nationale d’Administration et de la Magistrature (ENAM), Adèle Banyalba et Anatole Tapsoba, ont été sélectionés pour participer au chantier-école d’ASF à Bobo-Dioulasso.

L’idée d’une participation conjointe d’étudiants français et burkinabés sur une mission d’ASF pour en faire un chantier-école est venue d’une volonté partagée de la directrice de la formation de l’université de Saint-Quentin-en-Yvelines et Monsieur Ouedraogo, le directeur de l’ENAM de Ouagadougou.

Ainsi, deux étudiants de la promotion d’élèves conservateurs sont arrivés à Bobo pendant nos deux semaines d’intervention. Le choix s’est porté très simplement sur les deux premiers de la promotion, composée de 3 femmes et de 9 hommes : Adèle Banyalba et Anatole Tapsoba.

L’ENAM propose 3 niveaux de formation en archivistique, accessibles sur concours :

  • aide-archiviste (équivalent de notre catégorie C),
  • archiviste d’Etat (équivalent catégorie B)
  • conservateur (équivalent catégorie A).

Au total, plus d’une centaine de nouveaux diplômés qui sortent de cette formation chaque année.

Adèle Banyalba

Adèle ne se prédestinait pas au métier d’archiviste. Après avoir tenté plusieurs concours administratifs, elle s’est présentée et a été admise à celui de l’ENAM pour devenir archiviste d’Etat. Jusque là, elle ne connaissait rien des archives et en avait même une image très « passéiste » et poussiéreuse. A l’issu de sa formation, elle est nommée au Conseil Supérieur de la Communication où elle a pour responsable Anatole. Au bout de 3 ans, elle décide de passer le concours d’élève conservateur. Elle s’y présente avec Anatole qu’elle a réussi à convaincre. Tous deux le réussisent. Très intéressée par la discipline, Adèle envisage aujourd’hui de faire une thèse en archivistique.

Anatole Topsoba

Recruté par une société qui effectue des missions de classement, Anatole y a appris l’archivage sur le tas. Cette expérience lui ayant beaucoup plu, il a alors décidé d’intégrer l’ISTID (Institut des Sciences et Techniques de l’Information Documentaire). Cette formation privée de deux ans lui a permis d’obtenir un BTS d’Etat. Jeune diplomé, il intégre le Conseil Supérieur de la Communication. Après 8 années de travail au sein du CSC, il entre à l’ENAM avec Adèle qui a su le convaincre de se présenter au concours d’élève conservateur avec elle. Son objectif serait d’ouvrir son propre cabinet d’étude en archivistique ou devenir consultant international en archivistique.

A l’issu de leur formation de 2 ans comme élève conservateur à l’ENAM, Adèle et Anatole seront réintégrés au Conseil Supérieur de la Communication.

Poster un message

0 | 10
 

ASF-France ?
 

La section française d’Archivistes sans frontières (ASF-France) est membre d’Archivistes sans frontières - International (ASF-International), créé en 1998 par des collègues catalans et qui dispose aujourd’hui de statuts internationaux.

Adhérer / Participer
 

ASF-France est une association sans but lucratif dont le fonctionnement et les activités dépendent de l’investissement personnel des membres, du soutien financier de partenaires et de subventions institutionnelles.

Faire appel à ASF ?
 

L’association Archivistes sans frontières-section France (ASF-France) intervient pour mener à bien des opérations ou activités qui répondent aux principes et valeurs énoncés dans ses statuts.

 

Archivistes sans frontières | ASF-France