Carnet de mission : Projet Burkina Faso, Mission 2018

Cette mission doit servir de test pour la création de chantiers-écoles dans le cadre d’un
projet de coopération décentralisée. Des élèves de la filière archives de l’Ecole Nationale
d’Administration et de la Magistrature (ENAM) du Burkina Faso et des élèves du master gestion de l’archivage de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines participent à cette aventure.

 
 
 
 

Les archives du Haut-Commissariat

 
 

Cette deuxième journée de mission commence sous un déluge d’eau. Nous ne sommes pas encore sortis de la saison des pluies qui s’étend de juin à septembre et elle est bien présente ce matin pour nous le rappeler. Cela va bloquer nos opérations de transfert pour quelques heures.

Mardi 11 septembre.

Nous poursuivons le traitement des journaux, aussi précieux ici que les documents d’archives et celui de certains fonds d’archives. L’accent est porté sur les archives du Haut-commissariat.

Nous avons été rejoints par une archiviste et une secrétaire de la mairie de Bobo. Tous pensent venir à une formation et sont vêtus de leurs plus beaux atours. Première urgence, trouver des blouses !

Depuis que le Burkina a obtenu son indépendance le 4 août 1960, l’organisation administrative a peu changée. Les « cercles », entité administrative territoriale et militaire, sont alors remplacées à l’identique par les haut-commissariats. La Haute Volta garde son nom pour n’être rebaptisée Burkina Faso (« Pays des hommes intègres » dans plusieurs dialectes) qu’en 1984.

En 2004, les Gouvernorats sont créés. Celui des Hauts-Bassins chapeaute 3 haut-commissariats sans que ceux-ci ne soient supprimés. Il a donc été décidé de commencer le classement par les archives du Haut-commissariat conservés au gouvernorat et recouvrant la période 1960-2004.

Le soir, le gouverneur Antoine Atiou nous rejoint, nous allons tous déjeuner en ville, dans une arrière-salle, « pour plus de sécurité ». Les attentas récents ont eu lieux à Ouaga et non à Bobo mais la prudence reste de mise. Nous avions d’ailleurs envisagé de visiter le week-end prochain les cacades de Banfora mais le gouverneur nous le déconseille. Changement de programme, nous verrons bien !

Poster un message

0 | 10
 

ASF-France ?
 

La section française d’Archivistes sans frontières (ASF-France) est membre d’Archivistes sans frontières - International (ASF-International), créé en 1998 par des collègues catalans et qui dispose aujourd’hui de statuts internationaux.

Adhérer / Participer
 

ASF-France est une association sans but lucratif dont le fonctionnement et les activités dépendent de l’investissement personnel des membres, du soutien financier de partenaires et de subventions institutionnelles.

Faire appel à ASF ?
 

L’association Archivistes sans frontières-section France (ASF-France) intervient pour mener à bien des opérations ou activités qui répondent aux principes et valeurs énoncés dans ses statuts.

 

Archivistes sans frontières | ASF-France