J-5 : Vendredi 23 septembre 2022

Le clap de fin de semaine

Fin de la première semaine, nous pouvons dire que nous n’avons pas chômé ! Chaque groupe a fait des avancées considérables. Bien entendu, le travail est loin d’être achevé, mais ce soir nous avons quitté les locaux du FESPACO fiers et satisfaits.
Un week-end bien mérité arrive pour tout le monde, après cette première semaine passée non sans rebondissements …

« De l’ombre à la lumière » [1]

Nous avons fait face à deux coupures de courant cette semaine, ralentissant de fait nos activités, mais nous ne nous sommes pas laissés abattre pour autant. À chaque problème une solution !

Concernant le deuxième groupe, en charge des affiches, un retour aux bonnes vieilles méthodes à été nécessaire. Sans électricité et donc sans connexion internet, il nous a été impossible de faire sur la "toile" les recherches permettant de compléter les fiches lorsque des informations manquaient (le plus généralement, pays de production et dates de sortie des films). Une solution nous a toutefois été très rapidement apportée : le personnel du FESPACO nous a très gentiment prêté le Dictionnaire des Cinémas d’Afrique. C’est un ouvrage de référence « co-réalisé » par l’Association des Trois Mondes et le FESPACO. Il présente la filmographie de plus de 400 réalisateurs issus d’Afrique francophone, lusophone, anglophone et arabophone, du Maghreb, mais également de la diaspora caribéenne francophone. Cet ouvrage nous a ainsi permis de retrouver de nombreux films dont le FESPACO possède les affiches, afin de les référencer le plus précisément possible.

Cette absence d’électricité a également posé problème pour le premier groupe : comment travailler dans les magasins de la cinémathèque dans le noir complet ?
Heureusement, les téléphones portables existent, nous avons donc utilisé la lampe torche de nos appareils respectifs afin de nous éclairer. On aurait presque dit un cache-cache dans un lieu secret !

Attribution des cotes dans la salle A
par Lydie, Fabienne, Léna et Benjamin

Ce problème mineur a néanmoins été quelque chose de plutôt positif dans l’ensemble des groupes, puisqu’il a permis de renforcer la cohésion entre nous tous.

Les profils du jour

KORBEOGO Mariette Lydie (à gauche)

était secrétaire au Ministère de la Communication, détachée par la suite à la Radiodiffusion-Télévision du Burkina (RTB). Elle a toujours aimé collecter les anciens documents audiovisuels, sonores, et les documents papier. À la RTB, elle a déposé une armoire de plus dans le service des archives pour ses différentes collections. On pouvait y trouver des documents administratifs et des journaux, qu’elle collectionnait avec amour. Elle a par la suite décidé de passer le concours professionnel des adjoints en archivistique et a été admise. Elle est donc en deuxième année de formation à l’IRA Hauts-Bassins (Bobo-Dioulasso). Lorsqu’elle et ses camardes ont reçu la note du Directeur Général de l’ENAM les invitant à participer à cette mission au FESPACO, ils ont décidé d’y prendre part afin d’approfondir leurs connaissances.
Elle aimerait que cette mission donne lieu à la création d’une direction des archives au FESPACO, favorisant ainsi une meilleure protection du trésor qui s’y cache. Ce chantier n’est pour elle que le début d’une collaboration avec Archivistes sans Frontières. Elle aimerait beaucoup prendre part aux éditions suivantes.

Les 2 portraits du jour

HUMBERT Léna (à droite)

est une étudiante en deuxième année de master Gestion des Archives et de l’Archivage à l’Université Saint-Quentin-en-Yvelines - Paris-Saclay. C’est par la recherche qu’elle a découvert le monde des archives et elle ne souhaite pas le quitter de si tôt. En plus de traiter des archives bien particulières au FESPACO (ce n’est pas tous les jours que l’on travaille sur des bobines), cette mission est pour elle l’occasion d’échanger et de partager sa passion avec des archivistes venant d’horizons différents et, ensemble, de travailler à un but commun : conserver le patrimoine. Elle espère que ce chantier-école ne sera pas son dernier !

[1Film de Ron Howard



 

ASF-France ?
 

La section française d’Archivistes sans frontières (ASF-France) est membre d’ASF-International, créé en 1998 par des collègues catalans et qui dispose aujourd’hui de statuts internationaux.
En savoir plus

Adhérer / Participer
 

ASF-France est une association sans but lucratif dont le fonctionnement et les activités dépendent de l’investissement personnel des membres, du soutien financier de partenaires et de subventions institutionnelles.
En savoir plus

Faire appel à ASF ?
 

La section française d’Archivistes sans frontières (ASF-France) intervient pour mener à bien des opérations ou activités qui répondent aux principes et valeurs énoncés dans ses statuts. Ses membres interviennent de manière bénévole.
En savoir plus

 

Archivistes sans frontières | ASF-France