Espaces de travail

La construction de style gingerbread datant de 1914 qui accueillait les activités du Centre d’art s’est s’effondrée lors du séisme du 12 janvier 2010. C’est sur ce même site déblayé que le Centre d’art a entamé sa reconstruction.
La façade vue de la rue Roy

Le site est aménagé en deux parties distinctes :

  • côté rue, un espace pour les cours et l’accueil du public
  • à l’arrière, un espace réservé pour les magasins de conservation et le bureau administratif

Les installations sont temporaires mais permettent de relancer les activités.

L’espace public

Le bâtiment initial a dû être démoli intégralement. Des briques et divers ornements ont été conservés et réutilisés pour aménager le nouvel espace. Une tonnelle en bois a été construite pour offrir un cadre accueillant aux activités artistiques (cours, expositions, conférences...). Un container maritime décoré est également utilisé pour le stockage, entre autres, du matériel pédagogique.

Un espace ouvert au public verdoyant
La tonnelle vue du jardin
Le jardin
Muriel et Véronique devant les volets de l’ancienne bâtisse

Les magasins

Le bureau et les magasins sont situés dans la partie sécurisée du site.

Le bureau administratif

Les collections et archives sont conservées dans un espace construit dans une structure hybride composée de deux pièces en maçonnerie et de trois containers. Une toiture en tôle recouvre l’ensemble. Les conditions de conservation bien que précaires sont, dans le contexte, très acceptables.

L’espace réservé aux magasins et bureau
La structure hybride
La toiture en tôle couvrant les containers

Les archives et les ouvrages de la bibliothèque sont conservés dans un des trois containers. Doté d’un système de ventilation, la température atteint souvent les 40-45 degrés à l’intérieur du container des archives.

L’espace de traitement « archives »

Les conditions de travail n’étant pas envisageables à l’intérieur du container (chaleur, moustiques, bruit de la ventilation...), un espace adapté a été délimité à l’extérieur. L’essentiel des opérations de traitement des archives se déroulent donc dans cette petite cour arriére.

Le bureau des archivistes... le 1e jour !

Le climat haïtien, heureusement sec la journée à cette période de l’année, permet de travailler en plein air.

Au fur et à mesure du tri, on s’étale
Nadège nous aide dans les opérations de tri
on s’étale de plus en plus
Véronique et Mureil restent concentrées
Petite pause avec l’artiste Pascale Monnin
Le plan de classement se [carton]graphie
Le tri se précise

L’espace de traitement « bibliothèque »

Les ouvrages de la bibliothèque ont quant à eux été traités à l’entrée d’un container voisin où des tables permettaient leur classement et leur indexation.

Le tri de la bibliothèque se fait en parallèle
Théo et Milo sont à la tâche
Côté bibliothèque, ça s’étale aussi


 

ASF-France ?
 

La section française d’Archivistes sans frontières (ASF-France) est membre d’ASF-International, créé en 1998 par des collègues catalans et qui dispose aujourd’hui de statuts internationaux.
En savoir plus

Adhérer / Participer
 

ASF-France est une association sans but lucratif dont le fonctionnement et les activités dépendent de l’investissement personnel des membres, du soutien financier de partenaires et de subventions institutionnelles.
En savoir plus

Faire appel à ASF ?
 

La section française d’Archivistes sans frontières (ASF-France) intervient pour mener à bien des opérations ou activités qui répondent aux principes et valeurs énoncés dans ses statuts. Ses membres interviennent de manière bénévole.
En savoir plus

 

Archivistes sans frontières | ASF-France