Carnet de mission 2015 : Projet Haïti, Mission 2015-2016-2017

En janvier 2014, Véronique Parmentier et Christophe Vigneron (AsF-France), en mission dans un ministère, ont été invités sur le site par Mireille Perodin Jerome, membre du Conseil d’administration du Centre d’Art et Louise Perrichon, la directrice afin de bénéficier de leur expertise . Un premier diagnostic des archives du Centre d’Art a ainsi été établi sur la base d’un échantillonnage de documents tirés de quelques cartons stockés dans un container maritime. Les grands principes de l’archivage et leur adaptation au contexte haïtien ont été présentés afin qu’un premier plan d’action puisse être élaboré et que les informations primordiales à la renaissance du Centre d’Art puissent être accessibles rapidement.
Cet état des lieux a mis en lumière un fonds archivistique d’une importance et d’une richesse historique rare. Une mission AsF-France a, dès lors, pu se coordonner de nouveau en Haïti dès mars 2015. Sur un temps court d’intervention, Véronique Parmentier et Muriel Roussiles ont du prioriser leurs objectifs sur le renforcement des conditions de conservation et une visibilité plus fine du contenu du fonds.
Ainsi en trois semaines, l’espace de stockage a été aménagé. La centaine de cartons a été ouverte et a fait l’objet d’un premier niveau de traitement. Fonds d’archives et fonds documentaire (ouvrages, revues…) ont été dissociés. L’ossature d’un plan de classement des archives et l’organisation de la bibliothèque se sont progressivement imposés. Le fonds iconographique (photographies, négatifs, diapositives...), quant à lui, a bénéficié d’un traitement de base en matière de restauration.

A l’issu de la mission, un bilan complet a été présenté en réunion de Conseil d’administration. Du fait des problématiques posées, préconisations soumises sur les tâches à poursuivre et perspectives envisagées à plus long terme, ce rapport ne peut être diffusé.

 
 
 
 

Aménagement du container

 
 

En zone caraïbes, les facteurs de risques pour les archives sont multiples : catastrophes naturelles, événements climatiques, infections, situations politiques, interventions humaines… Certains sont prévisibles, d’autres plus inattendus. Prévenir au maximum doit être une des préoccupations majeures d’autant plus que le pays est, en matière d’archives, sans cadre légal.

Assurer la conservation

Rapidement après l’effondrement du bâtiment, les archives ont été versées en vrac, au fur et à mesure du sauvetage, dans des cartons. Ces derniers ont été stockés dans un container maritime positionné dans un espace sécurisé (agent de sécurité, enceinte…), lui-même intégré dans un ensemble architectural semi-permanent.

Le container d’archives

Cette construction, notamment grâce à sa toiture, permet d’atténuer les effet du rayonnement solaire à l’intérieur de la structure métallique et donc de réduire les variations thermiques. Un système de ventilation mécanique vient compléter cette isolation et un thermo-hygromètre a été positionné afin de contrôler régulièrement (et donc tenter de maîtriser) les écarts.

Une toiture protège le container

Ce container a été aménagé, dans un premier temps, de rayonnages en bois. Ce matériau est propice au développement de diverses contaminations (champignons, insectes…), accélérateur de feu et moins résistant au poids. Cet espace a donc été entièrement repensé pour améliorer les conditions de conservation et l’accessibilité aux documents.

Le système de ventilation

Malgré les difficultés pour trouver des équipements adaptés, le « magasin » d’archives est désormais composé de rayonnages métalliques traités anti-corrosion. L’aménagement a été précédé d’une grande opération de nettoyage des poussières et de traitement antifongique du sol en bois. Pour faciliter l’accès, le système d’ouverture a également été adapté à une utilisation classique et non plus maritime. Des rampes de lumière ont été installées dans l’allée centrale.

L’aménagement du container étape par étape

Les nouveaux rayonnages arrivent progressivement
Démontage des anciens rayonnages
Le container est entièrement vidé
Une centaine de cartons sont sortis
Le démontage peut commencer
Les cartons s’empilent
Les vestiges des vieux rayonnages s’entassent dans la cour intérieure
Le container se vide
Les opérations de nettoyage commencent
L’aménagement se fait au fur et à mesure de l’arrivée des rayonnages métalliques
L’espace prend forme
Les tablettes nous sont d’un grand secours dans le tri
Les bases (conservation et classement) sont posées

Les opérations engagées durant cette mission ont permis d’apporter une amélioration notable des conditions de conservation de l’espace d’archivage jusqu’à ce qu’un aménagement plus pérenne puisse être envisagé.

Poster un message

 

ASF-France ?
 

La section française d’Archivistes sans frontières (ASF-France) est membre d’Archivistes sans frontières - International (ASF-International), créé en 1998 par des collègues catalans et qui dispose aujourd’hui de statuts internationaux.

Adhérer / Participer
 

ASF-France est une association sans but lucratif dont le fonctionnement et les activités dépendent de l’investissement personnel des membres, du soutien financier de partenaires et de subventions institutionnelles.

Faire appel à ASF ?
 

L’association Archivistes sans frontières-section France (ASF-France) intervient pour mener à bien des opérations ou activités qui répondent aux principes et valeurs énoncés dans ses statuts.

 

Archivistes sans frontières | ASF-France