Carnet de mission : Projet Burkina Faso, Mission 2018

Cette mission doit servir de test pour la création de chantiers-écoles dans le cadre d’un
projet de coopération décentralisée. Des élèves de la filière archives de l’Ecole Nationale
d’Administration et de la Magistrature (ENAM) du Burkina Faso et des élèves du master gestion de l’archivage de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines participent à cette aventure.

 
 
 

Nos étudiants burkinabés : qui sont-ils ?

 
 

Deux élèves de la filière Archives de l’Ecole Nationale d’Administration et de la Magistrature (ENAM), Adèle Banyalba et Anatole Tapsoba, ont été sélectionés pour participer au chantier-école d’ASF à Bobo-Dioulasso.

JPEG - 73.1 ko

L’idée d’une participation conjointe d’étudiants français et burkinabés sur une mission d’ASF pour en faire un chantier-école est venue d’une volonté partagée de la directrice de la formation de l’université de Saint-Quentin-en-Yvelines et Monsieur Ouedraogo, le directeur de l’ENAM de Ouagadougou.

Ainsi, deux étudiants de la promotion d’élèves conservateurs sont arrivés à Bobo pendant nos deux semaines d’intervention. Le choix s’est porté très simplement sur les deux premiers de la promotion, composée de 3 femmes et de 9 hommes : Adèle Banyalba et Anatole Tapsoba.

JPEG - 13 ko

L’ENAM propose 3 niveaux de formation en archivistique, accessibles sur concours :

  • aide-archiviste (équivalent de notre catégorie C),
  • archiviste d’Etat (équivalent catégorie B)
  • conservateur (équivalent catégorie A).

Au total, plus d’une centaine de nouveaux diplômés qui sortent de cette formation chaque année.

Adèle Banyalba

Adèle ne se prédestinait pas au métier d’archiviste. Après avoir tenté plusieurs concours administratifs, elle s’est présentée et a été admise à celui de l’ENAM pour devenir archiviste d’Etat. Jusque là, elle ne connaissait rien des archives et en avait même une image très « passéiste » et poussiéreuse. A l’issu de sa formation, elle est nommée au Conseil Supérieur de la Communication où elle a pour responsable Anatole. Au bout de 3 ans, elle décide de passer le concours d’élève conservateur. Elle s’y présente avec Anatole qu’elle a réussi à convaincre. Tous deux le réussisent. Très intéressée par la discipline, Adèle envisage aujourd’hui de faire une thèse en archivistique.

Anatole Topsoba

Recruté par une société qui effectue des missions de classement, Anatole y a appris l’archivage sur le tas. Cette expérience lui ayant beaucoup plu, il a alors décidé d’intégrer l’ISTID (Institut des Sciences et Techniques de l’Information Documentaire). Cette formation privée de deux ans lui a permis d’obtenir un BTS d’Etat. Jeune diplomé, il intégre le Conseil Supérieur de la Communication. Après 8 années de travail au sein du CSC, il entre à l’ENAM avec Adèle qui a su le convaincre de se présenter au concours d’élève conservateur avec elle. Son objectif serait d’ouvrir son propre cabinet d’étude en archivistique ou devenir consultant international en archivistique.

A l’issu de leur formation de 2 ans comme élève conservateur à l’ENAM, Adèle et Anatole seront réintégrés au Conseil Supérieur de la Communication.

  Permalien      Poster un message     



 
 
 

Visite de la DRRT et de la mairie de Bobo

 
 

Répondre aux diverses invitations est un devoir incontournable durant nos missions. Ces moments d’échanges renforcent en effet les liens, participent plus généralement à la sensibilisation pour une bonne gouvernance des archives et permettent de se confronter à des modes de gestion différentes.
Tous les participants au chantier-école se sont ainsi rendus à la Direction régionale des routes et transports (DRRT) puis à la mairie de Bobo.

JPEG - 80.5 ko

Jeudi 13 novembre

Ce matin, nous répondons à deux invitations :

  • la Direction régionale des routes et transports
  • la mairie de Bobo
    JPEG - 29.4 ko

Pour les agents de ces deux structures qui participent au stage, ces visites sont le moyen d’attirer l’attention de leur hiérarchie sur leur service. De plus grâce à la cérémonie d’ouverture du chantier-école de la veille, le travail que nous menons de concert, archivistes et stagiaires franco-burkinabé, a une réelle visibilité mais permet également d’avoir une véritable reconnaissance.

JPEG - 38.3 ko

A la Direction régionale des routes et transports, nous sommes reçus par le directeur avant de visiter les locaux d’archives avec Hervé Sib, l’archiviste d’Etat.

JPEG - 36.1 ko

La majeure partie de son fonds d’archives concerne les permis de conduire et les enregistrements de véhicules (immatriculation). Ces derniers sont différents qu’’il s’agisse d’une moto ou d’une voiture. Les deux systèmes entrainent donc un classement séparé.

JPEG - 34.2 ko

Le système d’immatriculation des voitures ayant totalement changé, tous les dossiers antérieurs à 1996 sont devenus obsolètes. Une demande d’élimination doit alors remonter jusqu’au ministre des transports. Le délai d’obtention du visa peut prendre plusieurs mois. Un contrôle du bordereau est également effectué par les Archives nationales.
Ici, pas de boite mais des chemises à sangles. Il n’y a ni anonymisation des dossiers ni registre et encore moins d’instrument de recherche. En recherche permanente d’espace, l’archiviste se voit dans l’obligation de faire du simple stockage.

JPEG - 36.2 ko

Nous prenons ensuite la direction la mairie de Bobo. La situation est radicalement différente : les archives ont de la place et sont installées dans un ancien entrepôt de produits pharmaceutiques, très haut de plafond et avec des alcôves en béton qui font office d’étagères.

JPEG - 33.3 ko
JPEG - 35.5 ko

L’Etat civil qui remonte aux années 1920 a été classé il y a quelques années par Marc, notre chef de mission. Un projet interne de numérisation a été envisagé un temps mais n’a finalement pas eu abouti, faute de moyen pour l’achat d’un scanner (avis aux éventuels donateurs). La visite s’achève par le bureau du personnel. Nous avons pu constater de la bonne gestion courante des dossiers des agents municipaux. Pour autant, aucun tableau de gestion n’a été élaboré que ce soit à la mairie de Bobo qu’à la DRRT.

JPEG - 48.1 ko

Nous sommes de retour au gouvernorat à 10h et reprenons le cours de la mission. Le traitement des archives de la période coloniale progresse tout comme celui des archives du Haut-gouvernorat et du journal officiel. L’objectif du jour est de ranger les journaux dans un espace dédié d’un bâtiment un peu excentré des autres.

JPEG - 39.4 ko

Madame Traoré, directrice des archives du gouvernorat

Ce local ne dispose pas de vitre aux fenêtres, premières protections contre les éléments extérieurs (poussière, insectes...). Un nettoyage préalable au transfert s’impose complété de quelques aménagements succincts ayant pour but d’empêcher les termites de s’attaquer au papier. Les liasses de journaux sont alors positionnées sur de vieux meubles à clapets posés à plat au sol et à bonne distance des murs ce qui, en l’absence de rayonnages classiques, fait l’affaire.

JPEG - 31.9 ko

Parallèlement, nous poursuivons le transfert des archives et le dépoussiérage.

JPEG - 45.9 ko

Le local archives a été récemment équipé de vitres aux fenêtres. Pendant des années, à la saisons sèche, la poussière s’engouffrait dans la pièce. Malgré de ponctuels nettoyages, la terre rouge est omniprésente !

  Permalien      Poster un message     

 
 
 

Ouverture officielle du chantier-école

 
 

La mission connait un des temps forts de ces 15 jours au Burkina Faso : l’ouverture officielle du chantier-école prononcée par le gouverneur Antoine Atiou lors d’une cérémonie protocolaire.

JPEG - 59.7 ko

Mercredi 12 septembre.

A 10h du matin, après deux nouveaux transferts d’archives, un temps protocolaire nous attend, celui de l’annonce de l’ouverture officielle du chantier-école prononcée par le gouverneur Antoine Atiou en présence de personnalités locales, représentantes de diverses administrations telles que :

  • la mairie,
  • le Conseil régional,
  • la Direction Régionale des Routes et Transport et
  • le Haut-commissariat.

Pour l’occasion, notre local de travail est transformé en salle protocolaire.

JPEG - 18.1 ko

Marc Trille, notre chef de mission, prononce alors le premier discours. Il présente la mission, ses objectifs et ses perspectives.

JPEG - 21.2 ko

La parole est ensuite donnée au gouverneur qui exprime son vif intérêt pour les archives. La presse locale, écrite et audio-visuelle, est présente pour couvrir cet évènement.

JPEG - 31.2 ko

Nous reprenons ensuite le travail alternant entre transfert d’archives, dépoussiérage, premier tri chrono-thématique et classement.
Nous sommes répartis en trois groupes :

  • 1e groupe : Sihem, Sovannara, Adèle et Anatole sur les archives coloniales.
  • 2e groupe : Marc, les archivistes du gouvernorat et de la mairie sur les archives du Haut-commissariat (1960-2004). Le groupe s’attaque à un fonds important en vrac qui nécessite une analyse rapide, pièce à pièce.
  • 3e groupe : Jérôme, les étudiants de Koudougou et les volontaires sans formation en archivistique sur le classement chronologique et la cotation du journal officiel.

L’archiviste de la Direction régionale des transports, Hervé Sib et un nouveau volontaire du gouvernorat, Jean-Marc, viennent renforcer l’équipe. Avec ces nouveaux participants, nous atteignons désormais la vingtaine de stagiaires.

JPEG - 39 ko

Le soir-même, un premier reportage est diffusé. Ce dernier a déclenché une prise de contact entre le président de l’université de Bobo (qui ne dispose pas de formation en archivage) et le gouverneur. Le lendemain, un article paraitra également dans la presse locale.

Le voyage est également fait de découvertes... Le hasard nous amène dans un maquis-pizzeria tenu par patron espagnol pour diner le soir. Savourer une pizza au beau milieu du Burkina Faso nous donne une étrange sensation. Nous apprenons à cette occasion qu’il n’est pas rare de trouver ce plat dans le pays.

JPEG - 40.4 ko

  Permalien      Poster un message     

 
 
 

Les archives du Haut-Commissariat

 
 

Cette deuxième journée de mission commence sous un déluge d’eau. Nous ne sommes pas encore sortis de la saison des pluies qui s’étend de juin à septembre et elle est bien présente ce matin pour nous le rappeler. Cela va bloquer nos opérations de transfert pour quelques heures.

JPEG - 75.9 ko

Mardi 11 septembre.

Nous poursuivons le traitement des journaux, aussi précieux ici que les documents d’archives et celui de certains fonds d’archives. L’accent est porté sur les archives du Haut-commissariat.

JPEG - 31 ko
JPEG - 25.5 ko
JPEG - 34.4 ko

Nous avons été rejoints par une archiviste et une secrétaire de la mairie de Bobo. Tous pensent venir à une formation et sont vêtus de leurs plus beaux atours. Première urgence, trouver des blouses !

JPEG - 30.2 ko

Depuis que le Burkina a obtenu son indépendance le 4 août 1960, l’organisation administrative a peu changée. Les « cercles », entité administrative territoriale et militaire, sont alors remplacées à l’identique par les haut-commissariats. La Haute Volta garde son nom pour n’être rebaptisée Burkina Faso (« Pays des hommes intègres » dans plusieurs dialectes) qu’en 1984.

JPEG - 19.4 ko
JPEG - 32.4 ko

En 2004, les Gouvernorats sont créés. Celui des Hauts-Bassins chapeaute 3 haut-commissariats sans que ceux-ci ne soient supprimés. Il a donc été décidé de commencer le classement par les archives du Haut-commissariat conservés au gouvernorat et recouvrant la période 1960-2004.

JPEG - 33.7 ko
JPEG - 34.1 ko
JPEG - 35.6 ko

Le soir, le gouverneur Antoine Atiou nous rejoint, nous allons tous déjeuner en ville, dans une arrière-salle, « pour plus de sécurité ». Les attentas récents ont eu lieux à Ouaga et non à Bobo mais la prudence reste de mise. Nous avions d’ailleurs envisagé de visiter le week-end prochain les cacades de Banfora mais le gouverneur nous le déconseille. Changement de programme, nous verrons bien !

JPEG - 41.9 ko

  Permalien      Poster un message     

 
 
 

Dans l’action dès le 1e jour

 
 

Le grand jour est arrivé... la mission démarre officiellement. Ainsi, nous entamons la matinée en faisant tout d’abord connaissance avec les 14 personnes avec qui nous allons travailler ainsi qu’avec le magasinier et le chauffeur qui viendront ponctuellement nous aider .

JPEG - 41.8 ko

Lundi 10 septembre

Après les présentations de rigueur, les tâches sont réparties entre les trois archivistes du gouvernorat, les deux étudiants de l’Ecole Nationale de Magistrature, les trois étudiants de Licence 2 de l’Université de Koudougou, un archiviste et une secrétaire de direction du Conseil Régional.

JPEG - 38.6 ko

Pensant assister à une formation thérioque, ils vont pourtant très rapidement découvrir que le meilleur apprentissage se fait dans l’action. Nous allons donc classer !

JPEG - 43.1 ko

Le local qui conserve les documents du Gouvernorat des Haut-Bassins, région sud-ouest du Burkina, est sombre et très poussiéreux mais dispose désormais d’une climatisation et de fenêtres depuis la dernière visite d’ASF-France.

JPEG - 34 ko

Le première objectif est posé ! Il faut transférer les documents dans la salle du Conseil, transformée pour l’occasion en la salle de travail pour les deux semaines à venir.

JPEG - 31.1 ko

L’équipe fait une première constatation : le volume des journaux est plus important que celui estimé. Une élimination n’est pas envisageable (sauf les doublons). En effet, que ce soit Le journal de Bobo ou La voix du parlement, nous ne connaissons pas les conditions de conservation dans les autres institutions. Ainsi par exemple, les riches archives et la documentation du Parlement Burkinabé ont brûlées lors de la révolte populaire de 2014. Il vaut donc mieux conserver tous les documents que nous allons trouver sur cette institution, même son magazine.

JPEG - 40.2 ko

Nous constituons deux équipes : 6 personnes s’attaquent aux archives, 8 autres aux journaux pour régler la question au plus vite. Le transfert s’accompagne d’un dépoussiérage sommaire. L’opération assez pénible mais nécessaire.

JPEG - 31.9 ko

La pause matinale (à 10h, après avoir commencé à 8h) et le repas de 12h30 sont pris en charge par le gouvernorat. Cette longue journée s’achève à 16h. L’équipe est épuisée mais satisfaite du travail accompli.

  Permalien      Poster un message     

 
 
 

Arrivés à Bobo-Dioulasso

 
 

Grâce au gouverneur qui nous a mis à disposition son chauffeur, nous prenons la route de Ouagadougou vers notre lieu de mission à Bobo-Dioulasso.

JPEG - 33.8 ko

Dimanche 9 septembre

Six heures de route pour parcourir 356 km et des dos d’âne tous les kilomètres qui ralentissent bien le trafic ! La route traverse de nombreux villages. Les accidents sont fréquents. Le trajet est très pénible, impossible de prendre un peu de repos !

JPEG - 41.2 ko

Lors de la pause déjeuner, nous faisons la rencontre d’Antoine Atiou, gouverneur de la région des Hauts-Bassins et ami de longue date de Marc Trille. Nous mangeons et faisons connaissance lors d’un repas sur la route dans un maquis, sorte de bar-restaurant de brousse.

JPEG - 50.8 ko

A 19h, nous arrivons au Centre d’Accueil des Missionnaires (CAM) de Bobo-Dioulasso (Bobo) avant de nous rendre au gouvernorat où l’épouse du gouverneur nous invite à dîner. Demain, nous débutons la mission à 7h30. Une bonne nuit de sommeil nous fera le plus grand bien après ce long voyage !!

Le gouverneur Antoine Atiou montre un intérêt certain quant à la gestion des archives de sa région et nous encourage pour la mission à venir.

  Permalien      Poster un message     

 
 
 

Arrivés à Ouagadougou

 
 

Après un long voyage de Paris à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso le 7 septembre à 23h heure locale (1h du matin heure française), nous sommes accueillis par des amis et la famille de Marc Trille avec qui nous dinons.

Samedi 8 septembre

La journée commence par une visite commentée du Centre des Archives Nationales.

JPEG - 71 ko

L’équipe ASF-France pose aux Archives nationale avec Marie-Jeanne Diasso, Directrice des Archives historiques et iconographiques.

JPEG - 42.1 ko

La forme et les motifs des chapeaux que seuls les chefs ont le droit de porter et qui ornent le toit de la salle de réunion des Archives nationales sont le symbole de l’importance accordée aux Archives.

La Directrice, Marie-Jeanne Diasso, nous présente la salle de tri, les deux magasins et la salle de lecture.

JPEG - 27.8 ko
JPEG - 27.5 ko
JPEG - 23.8 ko

Près de quarante personnes (dont vingt archivistes) travaillent dans ce centre. Une formation en archivistique a été créée à l’ENAM (Ecole nationale de magistrature) ce qui permet au centre d’avoir régulièrement des stagiaires.

La situation n’est pas simple. Le bâtiment datant des années 30 est initialement une imprimerie. Il a vieilli et connaît malheureusement des infiltrations d’eau et des problèmes de conservation. Un magasin est équipé en rayonnages fixes autoportants sur 2 niveaux. L’autre magasin est partiellement équipé. Il existe des instruments de recherche sur papier et fiches.

JPEG - 20.1 ko

Les deux mains stylisées portant deux cercles concentriques sont l’emblème des Archives nationales. Il symbolise la mémoire.

Lors de la révolution populaire de 2014 et du renversement du gouvernement, les inestimables archives de l’Assemblée nationale ont été totalement détruites. Les archives nationales ont été menacées mais heureusement, sans autre conséquence. Les fonds burkinabés sont répartis dans différents centres d’archives (ANOM à Aix-en-Provence, Dakar…). Les fonds iconographiques sont maigres mais bien conservés.

L’après-midi est consacré à la visite du village des artisans de Ouagadougou.

JPEG - 45 ko
JPEG - 37.8 ko

La soirée a été partagé autour d’un repas chez l’habitant.

JPEG - 36.7 ko

  Permalien      Poster un message     

 

ASF-France ?
 

La section française d’Archivistes sans frontières (ASF-France) est membre d’Archivistes sans frontières - International (ASF-International), créé en 1998 par des collègues catalans et qui dispose aujourd’hui de statuts internationaux.

Adhérer / Participer
 

ASF-France est une association sans but lucratif dont le fonctionnement et les activités dépendent de l’investissement personnel des membres, du soutien financier de partenaires et de subventions institutionnelles.

Faire appel à ASF ?
 

L’association Archivistes sans frontières-section France (ASF-France) intervient pour mener à bien des opérations ou activités qui répondent aux principes et valeurs énoncés dans ses statuts.

 

Archivistes sans frontières | ASF-France